Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Histoire des chansons françaises et internationales. De A comme Aznavour à Z comme Zazie ils sont tous là, français, et internationaux, actuels ou passés.

29 Mar

Mano Solo, l'ombre de personne

Publié par catherine  - Catégories :  #Musique

En janvier 2010, nous quittait Mano Solo. Le même mois qu'une grande artiste tout aussi talentueuse, Lhasa. Aujourd'hui, je voulais vous faire partager l'interview que j'avais réalisé au cours de sa tournée du printemps 2004... soit il y a tout juste dix ans.

Gouaille, provoc, et talent... replongeons ensemble dans l'univers de Mano Solo...

mano_solo-les_animals.jpg

Recouvert de chiens, comme un noir tapis, Mano Solo nous sourit, comme apaisé, sur la pochette de son dernier album, Les Animals. Une photo qu’il aurait souhaitée, si possible, encore plus sereine, « J’aurais voulu que ce soit un peu comme la photo de Marilyn, à poil dans de la soie rouge. Dans mon souvenir, c’est une photo qui est hyper tranquille. Comme une sieste. Tu as l’impression que le photographe vient de baiser avec elle. » Seulement, les chiens, eux, en ont voulu autrement. Difficile de les maîtriser dans un studio photo : « Ils étaient six ou sept sur le plateau ! J’ai passé ma journée à me vautrer dans les chiens et j’étais ravi. Mais j’étais couvert de griffures à la fin ».


Il ne faut donc pas s’y tromper. Si le noir prédomine sur la pochette des Animals, le chanteur nous livre ici un opus haut en couleurs. Les cuivres ont la part belle et les tonalités hispaniques frappent fort, notamment avec une reprise musclée de son classique « Barbes Clichy ». Car pour réaliser cet album pensé avant tout pour la scène, Mano s’est entouré de musiciens de premier choix : Daniel Jamet, ancien de la Mano, Bruno Medelin, guitariste gitan à la sensibilité rock et , entre autres, un percussionniste de Sergent Garcia. Pour la chanson Botzaris il a même fait appel à des amis de longue date, les Têtes Raides.
A l’heure de son huitième album, Mano Solo remet les pendules à l’heure: « On raconte pas mal de conneries sur mon compte ». Marre qu’on l’associe systématiquement au Sida, marre qu’on croie que ses compositions étaient la résultante du désespoir : « J’ai jamais été désespéré ! Tu imagines un mec désespéré qui fait tout ce que je fais ? Mais où est ce qu’il est le désespoir là dedans, je comprends pas moi. Moi, j’ai toujours été en guerre, j’ai toujours été dans une bataille, je vois pas où il est le désespoir ! En plus j’en sors victorieux ! (…)En fait, on confond la dénonciation de choses dures par désespoir. Il suffit que tu dises, putain, la vie est dure pour que tu soies désespéré mais ça dépend comment tu l’exprimes. Si tu dis : putain la vie est dure, mais je mettre un coup de latte dedans, c’est autre chose. Ou alors c’est le désespoir le plus positif que j’aie jamais vu ! ».


Les combats de Mano Solo perdurent. L’un d’eux n’est autre que la lutte contre le manque d’unité, l’individualisme, qu’il aborde dans la chanson « Du Vent » : « Dans notre pays, tout le monde veut conserver ses petits acquis. Les gens sont pas prêts à partager, à changer leur mode de vie. En 81, t’as des milliers de patrons qu’ont voté pour Mitterrand. Mais ils ont jamais changé leur politique sociale à l’intérieur de l’entreprise pour autant. Et depuis t’en as des milliers qui ont voté Jospin et qui de toutes façons sont bien contents quand le Medef demande des souplesses sur les licenciements et ainsi de suite. Donc pour moi, le manque d’unité, il est là. Il est surtout dans la réflexion, dans le savoir pourquoi on dit des choses et pourquoi on est pour quelque chose. La France c’est vraiment un pays d’athées politiques. Les gens n’y croient pas. Alors ils vont voter quand même parce qu’ils font comme dans l’ancien temps, on allait à la messe le dimanche, pour faire plaisir aux parents. On va voter parce qu’il faut voter. Mais ils y croient pas. Ils votent sans y croire. »


Chanteur engagé Mano Solo ? Clin d’œil à Pierre Desproges, il préfère ne pas le reconnaître et répondre à cela qu’il ne connaît pas de chanteur dégagé. Pratique !Mais malgré des idées bien arrétées, une carrière politique ne le tente vraiment pas : « En politique, les gens suivent le chef et ça m’insupporte ! Je suis comme un chien, je vais plus te respecter si je suis le chef. Dès que je commence à avoir un troupeau, je m’amuse avec plutôt que d’en faire quelque chose de sérieux, parce que je trouve çà dérisoire. Je pourrais pas être politicien, ou alors un politicien qui dirait pas ce qu’il pense parce que sinon, personne voterai pour moi ! »


Un brin passéiste, Mano Solo n’est pas sensible à la nouvelle scène française : « Ils ne me transcendent pas. Pour moi c’est de la construction. Des artisans qui font de jolies petites chansons. Des fois y’en a que j’aime bien. Mais je m’en fous. » La transcendance, il l’a plutôt trouvée chez Téléphone, un groupe qu’il suivait adolescent, ou encore chez Bowie ou Tom Waits. Mais surtout, il la trouve chez Higelin: « Lui, il faisait des chansons, et je m’en foutais pas. Higelin il avait pas besoin d’avoir un vécu horrible, mais c’est une question de rage de vivre, qui est complètement absente quand tu écoutes… enfin, je vais pas citer de noms, mais ces petits chanteurs à la mode en ce moment »
Pas hermétique pour autant à ce qui se passe aujourd’hui, Mano Solo a même été approché par le producteur de Steeve Estatof « Je lui ai écris une chanson, mais bon je vais pas me galvauder non plus, je fais des chansons comme j’ai envie de les faire. Si ça leur plaît pas, tant pis. » Le vainqueur de la nouvelle star ne chantera pas de Mano Solo.

Mano-Solo-manosolo05rgb.jpg


Mais offrir ses textes n’est pas, pour lui, une idée neuve: « J’ai envie d’écrire pour d’autres depuis super longtemps, mais personne ne me demande rien ! ». Il l’a bien fait pour Gréco, mais on ne la verra pas les interpréter : « Je me suis mis à la place d’une bonne femme de 75 ans, je me suis dis : qu’est ce que je pourrais lui faire dire qui ne soit pas un constat de sa vie, de son œuvre ?(…)Dans la chanson Botzaris je lui donne un nouvel amant à la fin. Au lieu d’être là, à regretter que la jeunesse s’éclate, elle, elle en voit un qu’arrive et qu’est pour elle. Pareil, pour une autre chanson de l’album, Paris Avance : Faut qu’je sorte, faut qu’je sache… Je me mets à la place d’une bonne femme de 75 ans qui finalement a pas sorti ses poubelles depuis longtemps, qui sait plus trop ce que c’est que la vraie vie, puisque c’est quand même une star qui doit être assez isolée. (…) Et puis j’avais envie de lui donner, à elle aussi, quelques années positives devant elle. »


Mais si l’album de la grande dame est sorti, Mano ne l’a pas écouté : J’ai pas vraiment écouté ce qu’on fait pour elle les autres. Je sais pas s’il lui ont fait des chansons de vielle… ». Qu’importe, ses chansons, il en est fier et finalement elles lui correspondent à merveille : « J’ai finalement gardé celle qu’elle avait choisi, elle avait très bien choisi d’ailleurs, c’était les meilleures. Et puis j’étais épaté. C’était des chansons que j’avais fait exprès d’écrire. C’est pas pareil que quand t’écris une chanson, où tu contrôle pas. »

Commenter cet article

vincent LAUGIER 30/04/2014 20:10

Une bonne idée de sortir cet interview de Mano Solo quelqu'un qui m'aide à vivre !
Merci !

catherine 01/05/2014 15:22



De rien, c'était un personne qui méritait d'être connue et surtout avec beaucoup de talent 



À propos

Histoire des chansons françaises et internationales. De A comme Aznavour à Z comme Zazie ils sont tous là, français, et internationaux, actuels ou passés.